14 avril 2018

Avis : Franck Thilliez - Vertige

Vertige

Posté par Cat dreams à 06:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


13 mai 2016

Chronique : Terry Pratchett - [Les annales du disque monde] - T4 - Mortimer

pratchett-mortimer

Mortimer est le quatrième livre des Annales du Disque-monde et il ouvre la sous série de la mort.

Mortimer, jeune garçon roux malhabile mais loin d’être stupide, lui et sa famille se rendent compte d'une chose évidente, la vie de fermier qui lui est destinée ne lui convient absolument pas. Son père, qui tient beaucoup à lui mais qui le considère à juste titre comme un incapable l'emmène donc à une foire au travail où il espère qu'il sera engagé comme apprenti, lui promettant un avenir assuré. Personne ne veut de lui, les assassins, voleurs, marchants, forgerons, etc partent tous avec un autre apprenti jusqu’à ce qu'il ne reste que le Jeune Mortimer. Lorsque que minuit sonne, La Mort surgit et accepte de faire de lui son apprenti. Son travail consistera donc à prendre les âmes des personnes lors de leur décès et de les accompagner dans l'au-delà.

Mortimer s'installe donc chez Mort, une dimension où le temps ne compte pas, et ou tout est crée artificiellement par lui, qui essaye tant bien que mal de représenter la vie (tout est sinistre et noir). On y rencontre les deux autres occupants de la demeure : Ysabell, fille adoptive de la Mort, et Albert, le majordome.

La mort commence donc la formation de son apprenti et l’amène bien vite dans sa première tournée ou il verra un roi se faire assassiner par son frère, il aura à cette occasion le temps de croiser la princesse du royaume concerné et de tomber sous son charme.

Lors de sa première tournée en solo, Mortimer sera chargé de trois clients, dont le dernier n'est autre que Kelirihenna, la fameuse princesse de Sto Helit croisé auparavant. Il fera l'erreur (volontaire) de l’épargner et de supprimer son assassin à la place, ce qui créera une anomalie dans la réalité, les gens ont du mal à comprendre qu'elle soit en vie, même quand elle leur parle en face. Par la suite, heureux de pouvoir enfin se défiler la mort s'essaye aux activités humaines tel que le travail, l'amusement, l'alcool etc. Albert revient dans le monde, pendant que Mortimer et Ysabell tentent a la fois de continuer le travail de la mort et de réparer les paradoxes crées précédemment, Ysabell s’inquiétant du fait que Mortimer devient de plus en plus ressemblant a la mort.

 

Les personnages :

 

¤ La mort : présent dans tous les livres précédent, a un rôle central dans celui ci. Toujours fidèle à lui même, on retrouve le squelette aux orbites oculaires brillant d'un halo bleu, mais on en apprend encore plus sur son caractère et notamment sur sa passion pour la vie et principalement la vie humaine. Toujours sympathique et drôle, il n'en demeure pas moins que son côté absolu et puissant ressort d'autant plus dans ce tome.

4642

 

Mortimer : Jeune homme rouquemoute, Mortimer est malhabile et idéaliste. Il n'en demeure pas moins plutôt intelligent même si il a une tendance à laisser sa passion dicter sa raison.

104443007_o

Ysabell : Ysabell fut recueillit par la mort, elle a seize ans, mais apparemment depuis très longtemps (le temps ne s’écoule pas chez la mort). Ysabell est assez ronde, cheveux argentés, elle s’habille avec un style tragique et adopte souvent un comportement hautain. Elle est donc la fille de la mort, et sans doute celle qui le connaît le mieux.

Kelirihenna Sto Lat : Reine de Sto Lat depuis la mort de son père, elle s'y connaît en politique et se comporte en fonction de son statut, elle devient donc facilement irrité lorsque la plupart des gens se mettent à l'ignorer suite à sa non-mort.

img_mort3

Ce roman est particulièrement plaisant, non seulement l’histoire est sympathique, mais surtout on y retrouve des personnages très intéressant, et principalement la mort ( Mon personnage préféré dans le disque après Rincevent ), les situations sont toujours déjantées et les répliques cultes, encore un bon moment de lecture. Comme souvent, tout n'est pas écrit et c'est au lecteur de faire l'effort à certain moment pour être sur de saisir tout les sous entendus et toute les interactions implicites entre les personnages afin de reconstituer l'histoire.

 

Note : 8.5/10

Logo yudo

Posté par Cat dreams à 17:24 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

04 mai 2016

Chronique : Stevens Chevy - Séquestrée

Chevy Stevens - Séquestrée

http://p5.storage.canalblog.com/51/49/1163056/94015173.jpg

Ce dimanche-là, Annie, agent immobilier de 32 ans, avait prévu de vendre une maison grâce à une journée portes ouvertes. Mais son dernier client, un homme qui prétend s'appeler David, la fait monter de force dans sa camionnette. Annie vient d'être enlevée. Son ravisseur l'emmène au cœur de la forêt et l'emprisonne dans une cabane. Son calvaire va commencer...

http://p9.storage.canalblog.com/90/02/1163056/94015174.jpg

Dans cette histoire, on va suivre Annie qui essaye de réapprendre à vivre après un an de séquestration, de tortures psychologiques et physique. On va apprendre à la connaître au travers de ses séances chez le psychologue. Elle va nous plonger dans l'horreur qu'elle a vécu, ses angoisses, ses doutes etc, elle nous fait part aussi de son quotidien, de sa difficulté à reprendre une vie normale.

La construction de ce récit est très intéressante, chaque chapitre correspond à une séance chez le psychologue. Toutefois j'ai un avis mitigé sur ce livre. J'ai énormément apprécié la première partie où l'héroïne nous raconte l'enfer qu'elle a vécu durant cette année (une scène m'a énormément touchée et bouleversée) mais j'ai trouvé la dernière partie du livre plate et assez lente.

Quand je suis arrivée au bout de ma lecture je me suis dit tout ça pour ça, j'attendais un final explosif, quelque chose qui vous retourne le cerveau et ben non, rien de tout ça.

Ce thriller reste tout de même intéressant dans son genre même si je suis restée sur ma faim.

Comment reapprendre à vivre après un an de séquestration ?

 

En résumé :

Les points positifs

¤ Un livre qui se dévore

¤ Une narration orginale

¤ On passe par tout un panel d'émotion

¤ J'ai été complètement chamboulé, retourné par une scène

Les points négatifs

¤ La deuxième partie du roman est beaucoup trop plate à mon goût

¤ Une fin décevante, farfelu

 

Note : 7/10

Posté par Cat dreams à 07:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

14 mars 2016

Chronique : Olivier Norek - Code 93

Olivier Norek - code 93

http://p5.storage.canalblog.com/51/49/1163056/94015173.jpg

Coste est capitaine de police au groupe crime du SDPJ 93. Depuis quinze ans, il a choisi de travailler en banlieue et de naviguer au cœur de la violence banalisée et des crimes gratuits.

Une série de découvertes étranges – un mort qui ouvre les yeux à la morgue, un toxico qui périt par autocombustion – l’incite à penser que son enquête, cette fois-ci, va dépasser le cadre des affaires habituelles du 9-3.

Et les lettres anonymes qui lui sont adressées personnellement vont le guider vers des sphères autrement plus dangereuses…

Écrit par un lieutenant de police, 93 Code zéro se singularise par une authenticité qui doit tout à l’expérience de son auteur ; cette plongée dans un monde où se côtoient aménagement urbain et manipulations criminelles au sein des milieux politiques et financiers nous laisse médusés.

http://p9.storage.canalblog.com/90/02/1163056/94015174.jpg

On se retrouve plongé ici dans un policier français. L'action se situe en Seine Saint Denis, pas très loin de chez moi. J'ai beaucoup apprécié ce côté proximité, car je pouvais totalement imaginer le décors, les lieux etc. 

L'histoire démarre sur les chapeaux de roues, on est plongé directement au cœur de l'action, impossible d'arrêter de tourner les pages, j'ai cru que j'allais faire une nuit blanche. Et puis tout d'un coup, grosse déception, l'action se tari et j'ai bien cru que j'allais abandonner ma lecture. Finalement j'ai quand même persévéré mais j'ai trouvé l'intrigue banale, grosse comme un camion. J'avais tout deviné d'avance. De plus, certaines scènes étaient beaucoup trop gores à mon goût et oui je suis une âme sensible :D

Néanmoins plusieurs points positifs ressortent de cette lecture :

¤ Premièrement, le style de l'auteur est prenant, haletant grâce à des phrases courtes. J'ai énormément apprécié son écriture sans fioriture.

¤ Deuxièmement, les révélations sur le « Code 93 » sont très instructives et intéressantes.

¤ Troisièmement, une ambiance des plus réaliste, glauque à la limite du supportable se dégage de cette histoire. L'auteur a le talent pour nous plonger au cœur du plus sombre de l'âme humaine.

Comme vous pouvez le voir cette lecture ne m'a pas transporté, néanmoins, pour le style de l'auteur je tenterai un autre de ses romans, on ne sais jamais je serai peut être conquise la prochaine fois.

 

Note : 6.5/10

Posté par Cat dreams à 09:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

04 mars 2016

Chronique : Terry Pratchett - [Les annales du disque monde] - T3 - La huitième fille

pocket05672-2006


La huitième fille est le troisième roman, et donc la deuxième histoire (les histoires sont indépendantes et peuvent être lues dans l'ordre voulu) des annales du disque-monde. Nous laissons Rincevent de côté et commençons la sous-série des sorcières.

L'histoire commence lorsqu'un mage du nom de Tambour Billette, sachant sa mort venue, s'en va dans un village pour transmettre ses pouvoirs à un mage à naître. En effet, un huitième fils attend la naissance d'un huitième enfant (les mages sont tous les huitièmes fils de huitièmes fils). Après avoir convaincu le père de l'enfant du bien-fondé et du profit pour lui de la manœuvre, celui-ci opère et transmet son bourdon ( les bâtons des mages), et c'est seulement après cela, quand la mort l'emmène (il a fait le voyage avec le mage) qu'il se rend compte d'un épineux problème : l'enfant est une fille.

En grandissant, on s'aperçoit bien vite que Eskarina (c'est son nom, ou Esk en abrégé) montre des signes de magies non contrôlés, et on appelle donc la seule personne capable de l'aider dans ce trou perdu qu'est leur village, la veille sorcière mémé Ciredutemps, qui lui enseigne les bases de la magie. Seulement voilà, ce n'est pas la magie de sorcière qui lui correspond, il faut la faire entrer à l'école des mages : l'université de l'invisible.

Après un difficile et étrange voyage, au cours duquel Esk se retrouvera à suivre son propre chemin, bouleversant tout sur son passage, la jeune magicienne arrive seule à l'université ou elle n'est pas prise au sérieux, la tradition ne fait pas état de femme mage. Mémé Ciretutemps (oui, elle la retrouve) ayant plus d'un tour dans son sac à malice, usera de tout sont attirail d'intimidation et de ruse pour aider Esk à suivre les cours quand même. Ce qui amènera à d'autres soucis parfois très dangereux.


Les personnages principaux :

Mémé Ciredutemps : Sorcière de son village, Mémé Ciredutemps porte un chapeau pointu contenant de multiples épingles et une robe noire. En dépit de nombreux efforts, elle n'a cependant pu obtenir verrues et dents pourries qui auraient complété l'apparence classique de la sorcière.
Elle est particulièrement intimidante, grande adepte de la "têtologie" un art qui permet aux clients des sorcières de se persuader tout seul que la magie opère. Vous l'avez peut-être compris, mémé Ciredutemps est une psychologue hors pair, maître de l'effet placebo, de l'intimidation et de la manipulation; elle n'en demeure pas moins dotée des réels pouvoirs rivalisant avec ceux des ( et même du) plus grands mages du disque.

Eskarina : jeune fille au grand pouvoir magique, elle se balade toujours avec son bourdon bien plus grand qu'elle. Elle est plutôt candide et bienveillante, mais n'en demeure pas moins puissante, dangereuse et intelligente, ceux qui essayent de profiter de sa bienveillance et de sa naïveté en font d’ailleurs souvent les frais. Elle a pour plus grande ambition de devenir Mage.

Simon : Apprenti mage, un adolescent effacé, pâle et bègue mais très doué en magie, il fait la fascination de ses professeurs.

Ce roman m'a beaucoup plu, il traite principalement le problème de l'égalité des sexes, face aux traditions qui n'ont aucune base sérieuse mais qui sont tenaces. Dit autrement, les questions principales posées sont : pourquoi s'attache-t-ont à des conventions sociales illogiques ? Doit-on s'accrocher à la tradition ?

Toujours drôle, il l'est toutefois moins que son prédécesseur, le huitième sortilège, qui reste donc à mon goût légèrement au-dessus, même si les critiques sociales de la huitième fille sont il faut le reconnaître plus d'actualité et plus profonde ( et tellement bien abordée).


Note : 7.5/10

 

Logo yudo

Posté par Cat dreams à 12:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

02 mars 2016

La citation du mercredi ! [02/03/2016]

02

 

Posté par Cat dreams à 10:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

12 février 2016

Chronique : Terry Pratchett - [Les annales du disque monde] - T1 et T2 - La huitième couleur / Le huitième sortilège

1507-1T2

"La huitième couleur" et "le huitième sortilège" forment ensemble la première histoire des annales du disque-monde, ce qui nous mène donc en toute logique à un préliminaire sur ce qu'est le disque-monde.

Terry-Pratchett-assisted--007

Les annales du disque monde, Sont une séries de livres écrits par Terry Pratchett, ils se déroulent tous dans le même univers, et les histoires sont indépendantes (mais parfois liées). Beaucoup de héros y sont récurrents comme Rincevent, mémé Ciredutemps etc.

QUIZ_Les-personnages-du-disque-monde_2121

Le disque-monde quant à lui est un univers qui existe parallèlement au notre, et qui obéit à des lois, similaires pour les unes et totalement différentes pour les autres. Imaginez une tortue géante, nageant dans l'univers dans un but inconnu, comportant quatre éléphants sur le dos, et bien c'est sûr ces derniers que se situe notre disque-monde. Sur cette planète, en forme de disque donc, vivent toutes sortes de personnes et d'animaux de différentes espèces parfois communes parfois empruntées aux classiques de l'héroic fantaisie et d'autres fois propres au disque. Nous retrouvons donc magiciens, sorcières, gnomes dragons et autres, même la mort est présent(non il n'y a pas de faute, la mort est un mâle) il est même l'un des personnages principaux de nombreux livres.

Ces premiers livres nous présentent donc ce superbe univers à commencer par la ville d'ankh-morpork, la plus grande du contient principal. Une ville incroyablement animée, baignant dans une douce et constante odeur à côté de laquelle le métro parisien fait office de parfum senteur lavande, et où tous les citoyens ont le même but : leur profit. Et c'est dans ce contexte qu'un élément tout à fait singulier fait son apparition: un touriste (le premier du disque) transportant un coffre (vivant et dangereux) rempli d'or, particulièrement naïf, ce voyageur n'a aucune idée de la valeur de l'or qui est abondant par chez lui, et exhibe et distribue donc son argent sous le nez des divers voleurs et assassins en pensant que rien ne peut lui arriver pour la simple raison qu'il n'est qu'un observateur.

Deuxfleurs, notre touriste, provoquera des catastrophes partout ou il passera à commencer par la ville d'Ankh-morpork où il déclenchera indirectement un incendie monumental, cet incident obligera donc Rincevent à fuir sa ville si chère à son cœur en sa compagnie et de voyager aux quatre coins du disque, bon ok le disque ne comporte pas de coins mais il comporte un bord duquel il vaut mieux éviter de s'approcher.



Les personnages (en fait certains) :

rinceventRincevent : le personnage principal de cette aventure, Rincevent est un magicien, en fait, c'est même, le plus mauvais magicien du disque; dans sa jeunesse il lut le livre magique "in-octavo" et l'un des huit plus grands sortilèges du monde s'est logé dans son esprit et refuse d'en sortir (les sortilèges comme à peu près tout dans ce monde ont leur volonté propre) la présence de ce sort a terrifié tous les autres qui refusent donc d'entrer dans sa mémoire. Rincevent n'a rien d'un mage (même s'il en est techniquement un) si ce n'est les habits et la faculté de voir l'Octarine (la huitième couleur, celle de la magie), il est par contre un expert en survie car il fuit devant n'importe quel danger à une vitesse fulgurante. il escortera le touriste malgré lui car ce véritable génie en linguistique et le seul la le comprendre.

Sarcastique, cynique, réaliste et d'une incroyable mauvaise foi, ce personnage est récurrent dans les annales du disque-monde.

Deuxfleurs : le premier touriste aperçu à ankh-morpork richissime par rapport aux habitants qu'il croise, il n'est qu'un citoyen lambda dans son pays où rappelons de l'or est très commun . Deuxfleur est particulièrement honnête et bienveillant, il ne supporte pas ce qu'il considère comme injuste et veut toujours aider son prochain. Il est convaincu que quelque soit le danger, celui-ci ne le concerne pas, lui qui n'est là que pour regarder.

4017077379La mort : la mort est loin d’être une mauvaise personne, il est même plutôt sympathique et normal à part le fait qu'il s'agisse d'un squelette encapuchonné aux orbites oculaires brillantes des lumières bleues, invisible par tous sauf les magiciens et les chats; ses dialogues sont toujours écrits en lettres capitales, car il ne parle pas vraiment, sa voix entre directement dans la tête de son interlocuteur sans passer par les oreilles. Il est très consciencieux avec son travail, il supporte assez mal le manque de respect envers sa tache qu'il ne fait pas par plaisir mais car quelqu’un doit le faire (un monde où les gens qui se font tuer ne meurent pas n'aurait aucun sens n'est-ce pas ?), il le fait donc minutieusement et avec une faux traditionnelle là ou les morts d'autres mondes sont depuis longtemps passés aux moissonneuses-batteuses. Il a tout de même une rancœur vis-à-vis de Rincevent qui a la désagréable habitude de se défiler de ses rendez-vous (souvent protégé par les dieux ou le huitième sortilège).

Cohen le barbare : le plus grand héros du disque, une légende vivante qui semble invincible. Son quotidien c'est de tuer des monstres et de sauver des vierges avec moult trésors à la clef, cependant c'est aujourd'hui un vieillard chauve, édenté, borgne, maigrelet et barbu jusqu'aux genoux qu'il voit dans le miroir et qui vit ses aventures.

les dieux : les dieux sont présents sur le disque sur une montagne à part, quand ils ne sont pas en train de se battre avec les géants de glace (une histoire de radio trop forte et de tondeuse à gazon emprunté non restitué) ils passent leur temps à s’affronter dans un jeu de rôles en utilisant nos héros comme pions, Rincevent par exemple et l'un des préférés d'une déesse redoutable à ce jeu.

 

L'histoire est quasi impossible à résumer car elle est très bien ficelée et chaque élément y a une importance majeure, bien qu'à l’instar des certaines actions (et c'est Le défaut majeur du livre à mon goût personnel) elle soit parfois un peu dur à suivre.

Bien qu'il s’agisse de la même aventure, j'ai trouvé le huitième sortilège (la deuxième partie) légèrement meilleure que la huitième couleur, j'ai plus ri, et j'ai mieux suivi l'histoire et les actions qui m'ont semblé mieux décrites.


En résumé, surtout si vous êtes fan d'héroic fantaisie et d’absurde ce sont des livres que je recommande très fortement tant l'univers et les personnages sont drôles et attachants.

 

Note :

La huitième couleur 8/10.

Le huitième sortilège 9/10.

Logo yudo

Posté par Cat dreams à 10:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

02 mars 2014

Chronique : F. Scott Fitzgerald - Gatsby

Gatsby

Synopsis

Au début des années 1920, dans une débauche de luxe, d'alcool et d'agent, un mystérieux personnage s'installe à Long Island dans un domaine incroyable d'extravagance. Qui est ce charmant et légendaire Gatsby, incarnation du pouvoir et de la réussite, dont les fêtes attirent toute la société locale? Les rumeurs les plus folles circulent. Un espion ? Un gentleman anglais ? Un héros de guerre ? Un mythomane ?

Une vérité plus profonde se cache derrière l'orgueil et la magnificence de Gatsby, celle d'un ancien adolescent pauvre et d'un amant trahi qui ressemble beaucoup à Fitzgerald lui-même.

Le vingtième siècle ne fait que commencer mais la fête semble déjà finie...

 

Avis

Quand j'ai commencé ce roman, je ne savais pas du tout dans quoi je me lançais. Je n'ai lu aucune critique, vu aucune des adaptations cinématographiques, ni même lu la quatrième de couverture. Une sorte de plongeons dans le vide. J'aime beaucoup lire un livre à l'aveugle, être surprise, de ne pas avoir de préjugés sur cette lecture. C'est une expérience très particulière, le fait de ne rien contrôler, de se laisser porter par nos propres émotions. Je vais arrêté de vous embêter avec mes états d'âmes et passer à notre mystérieux Gatsby.

Notre petite histoire se déroule aux États-Unis durant les "années folles". Nick Carraway, notre narrateur, a pour voisin Gatsby, un mystérieux et fortuné gentleman qui organise de somptueuses soirées ou tous souhaitent être convié. Petit à petit Nick va se rapprocher de Gatsby et en apprendre d'avantage sur ce personnage qui est au cœur des plus folles rumeurs.

Au début de ma lecture, j'ai été surprise du choix de narrateur, car tout au long de ce roman c'est aux travers du témoignage et du regard de Nick que nous faisons la connaissance Gatsby. Puis finalement, tout se met en place et on ne peut plus détacher les yeux de ce roman qui dépeint une société où l'apparence, la popularité, l'amusement, l'opulence, finit par tomber le masque et nous laisser seul face à notre finitude.

Vous ferez la connaissance de plusieurs personnages dont Tom Buchanan, Daisy, Jordan Bake et bien d'autres encore. Vous en aimerez certains, vous en détesterez d'autres, mais en fin de compte, vous vous apercevrez que F. Scott Fitzgerald a su mettre le doigt sur l'âme humaine.

Pour conclure, j'ai beaucoup apprécié cette lecture qui a été très agréable et à certains moments très émouvante. J'ai beaucoup apprécié tout ce voile de mystère autour de la personne de Gatsby. Je suis contente de mettre procurer ce livre, surtout pour un prix si peu élevé.

 

En résumé

Les points positifs

¤ Gatsby, un personnage plus profond qu'il n'y parait.

¤ Une critique très réaliste de la société et plus particulièrement de l'Homme en lui-même.

¤ Une histoire qui m'a beaucoup touché.

Le point négatif

¤ Une mise en place assez longue, l'action ne démarre pas tout de suite

 

Note : 8.5/10

 

Posté par Cat dreams à 18:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,